Éclat(s) d'âme en février chez Akata

Manga
Postée le 14/01/2018 à 10:43 par Infynity
News_X4mg9auwQwLqUke
Alors que le manga Le mari de mon frère s'est récemment terminé en France, les éditions Akata annoncent la sortie dès le mois de février prochain d'un nouveau manga sur la communauté LGBT : Éclat(s) d'âme de KAMATANI Yuhki.

L'oeuvre est signée par KAMATANI Yuhki, l'artiste à l'origine du shônen manga NabariKamatani nous livre cette fois-ci un titre bien plus intime et personnel. En effet, bien que biologiquement femme, KAMATANI Yuhki assume aujourd'hui publiquement d'être X-gender. Aussi, c'est avec beaucoup de finesse, de pudeur et de réalisme, que l'artiste met en scène le quotidien de Tasuku, un adolescent "outé" qui, au contact d'autres personnes "comme lui", va apprendre à se connaître, mais aussi à s'accepter.

À noter que les tomes de ce manga seront commercialisés à l'ancien tarif des éditions Akata, 7,95 euros, et comprendront deux pages couleurs en début d'ouvrage.

La série, pré-publiée d'abord dans le magazine Hibana puis en ligne via l'application Manga One de l'éditeur japonais Shōgakukan, est encore en cours au Japon avec 3 tomes pour le moment, le premier tome paraîtra le 22 février 2018 en France chez les éditions Akata au prix de 7,95€.
 
Synopsis :
« Deux jours avant les vacances d'été, je crois que... je suis mort ». C'est ce qu'a pensé Tasuku le jour où un de ses camarades de classe lui a piqué son smartphone, alors qu'il était en train de regarder une vidéo porno gay dessus. La rumeur s'est répandue comme une trainée de poudre. Tasuku, pense alors à se suicider, ne pouvant supporter cette réalité dont il n'avait pas encore complètement conscience lui-même, mais aussi par peur du regard de la société. Pourtant, alors qu'il s'apprête à sauter dans le vide, il aperçoit, au loin, une mystérieuse silhouette de jeune femme qui le devance et... saute dans le vide ?! Intrigué, terrorisé, il s'élance vers l'endroit d'où elle a sauté. Il y découvre, stupéfait, que la jeune femme est encore en vie, et qu'elle est l'hôte d'une sorte de résidence associative, véritable safe space où se réunissent diverses personnes LGBT. De rencontre en rencontre, le jeune lycéen va apprendre à se connaître, à s'accepter, et trouver sa place dans le monde. 
1 commentaire
Avatar_mini_eDjJKMVfzhr5EXq
#1 Taikawa, le 15/01/2018 à 11:23
Les dessins semblent très beaux et l'histoire peut être intéressante si le sujet est bien traité. A voir lors de la sortie.
Ajouter un commentaire
Veuillez vous connecter pour ajouter un commentaire