Interview du staff de Fate/stay night: Heaven’s Feel

Événement
Postée le 20/02/2018 à 20:00 par Fskng
News_liQkO2TBsPGin33
À l'occasion de la projection spéciale du premier film de la trilogie Fate/stay night: Heaven’s Feel, il nous a été donné l'opportunité de rencontrer trois membres de l'équipe ayant travaillé sur ce premier film intitulé Presage Flower.

Ainsi, nous avons eu le plaisir de poser nos questions à Tomonori Sudo (Réalisateur, Directeur de l'animation et Chara-designer), Yuichi Terao (Directeur de la photographie) et Koji Eto (Directeur Artistique), tous les trois connus pour leurs travaux au sein du studio ufotable.

Rappelons que ce film est issu de l'univers Fate, crée par Kinoko Nasu et Takashi Takeuchi (Type-Moon) à travers un Visual Novel sorti en 2004 intitulé Fate/stay night. Après avoir adapté la seconde route via la série Fate/Stay Night : Unlimited Blade Works en 2014, le studio ufotable nous gratifie d'une trilogie de films pour adapter la troisième et dernière route du Visual Novel.
 
 
 

Synopsis :

Il voulait la protéger. C’était son désir le plus profond. 10 ans après "La Guerre du Saint Graal" qui vit s'affronter maîtres et leurs servants, une nouvelle guerre éclate aujourd’hui dans la ville de Fuyuki. Shirou Emiya, le fils adoptif de Kiritsu Emiya, déjà combattant durant l’ancienne guerre, décide de prendre part à ce nouvel affrontement afin de tenir sa promesse envers Kiritsugu.

Aux côtés de Shirou se tient Sakura Matou, une jeune fille éprise de lui. Elle se rend chaque jour à son domicile pour lui préparer ses repas, apportant ainsi un peu de lumière dans sa vie. Mais depuis le début de "La Guerre du Saint Graal", l’air environnant est devenu bien plus pesant. Les meurtres se multiplient dans la ville de Fuyuki. Shirou décide de protéger Sakura. Aux côtés de Saber, la servante à laquelle il a fait appel, Shirou rejoint le camp du mage Rin Tohsaka et prend part à la guerre. Mais lorsque des forces obscures viennent se mêler à la bataille, la victoire semble leur échapper.



Avant de commencer, nous tenons à noter que cette interview est une transcription d'une source audio, le texte a donc été retravaillé par nos soins pour en améliorer la compréhension.

Intervenants
SUDŌ Tomonori
ETŌ Kōji
TERAO Yuichi

Interprète
Asako Furukata
 

Y a-t-il un personnage sur lequel vous avez préféré travailler, que ce soit en terme d’écriture, de design ou d’animation ?
 
Tominori Sudo : “Oui, certainement. Dans Fate / Stay Night : Unlimited Blade Works, nous n’avons pas pu faire certaines choses qu’on a ensuite pu faire dans Heaven’s Feel. Notamment avec le personnage de Sakura Matou sur lequel on s’est beaucoup attardé pour peaufiner ses expressions, ses sentiments, sa façon de penser, etc... ”

 
Est-ce que Kinoko Nasu à été impliqué, de près ou de loin, dans le processus de création de cette adaptation ?
 
Tominori Sudo : “Oui, on l’a impliqué dès la phase de conception de la trilogie de films Heaven’s Feel et dès l'écriture du scénario. Nous lui avons fait lire le script et il nous donné ses retours et directives.”

 
Comment avez-vous géré l’adaptation des scènes érotiques ? Est-ce que c’est adapté des versions consoles (Realta Nua) ou avez-vous voulu adapter ces scènes autrement ?
 
Tominori Sudo : “Nous avons mis les scènes que nous avons pensés utiles pour cette adaptation. (rires)

 
Comment s’est déroulé le choix du support (film au lieu d’une série) ? Le contenu assez lugubre de cette 3ème route de Fate/Stay Night a t-il joué un rôle dans cette décision ?

Tominori Sudo : “A vrai dire, on ne sait même plus comment ce format a été décidé (rires). Ca s’est fait assez naturellement de se dire qu’il fallait faire un film pour l’histoire de Heaven’s Feel.”


La bande-annonce et son making-of laisse présager une part importante de traitement 3DCG et de SFX, pouvez-vous nous expliquer l’importance de ce traitement dans cette oeuvre ?

Yuuichi Terao : “En fait, dans le film il y a plusieurs sortes de 3D. Il y a des éléments en 3D très visible et d’autres éléments qui se fondent complètement avec le reste. Et donc par rapport aux scènes d’actions, il y a effectivement pas mal de 3D mais très bien intégrée. Nous avons également alterné entre les scènes d’action avec beaucoup de changement de caméra et un façon de filmer très dynamique et les scènes où au contraire la caméra ne bouge pas du tout, c’est calme et statique.
Et il y a également un autre détail important, un des personnages a été créé entièrement en 3D. Et ça, c’est notamment parce que monsieur Kinoko Nasu a dit que ce personnage n’est pas de ce monde (rires), et donc nous avons fait le choix de ne pas le dessiner et de l’animer complètement en 3D.”


Pour rebondir sur la question précédente, pensez-vous que l’animation traditionnelle 2D va progressivement laisser place aux 3DCG (comme Houseki no Kuni, Berserk), que ce soit au sein de ufotable ou du reste de l’industrie ?

Yuuichi Terao : “Oui. Je pense personnellement que ça sera le cas. Cependant, je me dit que ce n’est pas parce que la 3D est plus fréquente dans les oeuvres qu’il y aura moins de 2D, ce n’est pas un calcul aussi “mathématique”. De plus, la 3D est encore en train d’évoluer, elle progresse de jour en jour et il y aura encore beaucoup de mélange 2D/3D, même si la 3D se fait de plus en plus présente.
Et au final, l’animation 2D et 3D sont des outils. Quand on fait un film d’animation ou une série ou n’importe quelle oeuvre, l’important c’est que l’histoire soit amusante et que ça soit sympa a regarder, donc ce n’est pas vraiment l’outil qui compte mais le résultat.”

Asako Furukata (Interprète) : Monsieur Koji Eto, Monsieur Tominori Sudo, avez-vous un autre avis sur la question ?

Koji Eto & Tominori Sudo : “Non. Rien d’autre. (rires)


La bande-annonce présente des décors très soignés, à la limite du photo-réaliste. Quelles nouvelles références visuelles / lieux ont été utilisés, autre que le VN et les autres adaptations de FSN ?

Koji Eto : “Dans Unlimited Blade Works, nous avons pleinement utilisé la technique du photo-réalisme. Mais il y a plusieurs façons d’utiliser le photo-réalisme et de l’intégrer avec le décor. Dans le cas de Heaven’s Feel, il y a un décor réaliste, très proche de la réalité mais nous avons fait en sorte qu’on ressente quand même que c’est un dessin, une illustration. C’est ce qui va donner cet équilibre entre réel et fiction. Nous avons également essayé de retranscrire le ressenti et les sentiments du personnage à travers son décor, en jouant notamment sur les ombres et l’équilibre entre personnages et décors.”


La célèbre artiste Yuki Kajiura s’est occupée de la composition des musiques du film. Quelle directives ou restrictions lui avez-vous communiqué pour réaliser ces musiques ?

Tominori Sudo : “A vrai dire, nous n’avons pas imposé de restrictions mais plutôt une directive générale pour le film. Etant donné que Heaven’s Feel parle beaucoup de Sakura Matou, on a voulu une musique qui met l’accent sur la féminité de ce personnage. Au final, nous avons laissé beaucoup de liberté à Yuki Kajiura pour composer la bande-son et la chanson thème de Sakura.” 
 
 
L'équipe du film lors de la projection au Grand Rex


Pour finir, nous tenons à remercier Tominori Sudo, Koji Eto et Yuuichi Terao et l'interprète Asako Furukata pour le temps qu'ils nous ont accordé. Un grand merci à Wakanim de nous avoir permis d'assister à la projection du film et de nous avoir accueillis pour cette interview. Nous remercions également All the Anime et le Grand Rex, ainsi que le studio ufotable et Aniplex.
 
0 commentaire
Ajouter un commentaire
Veuillez vous connecter pour ajouter un commentaire