Partez à la conquête de l'El Dorado avec Vanishing Line - Garo

Anime
Postée le 21/04/2018 à 16:00 par Taikawa
Article lié à la fiche suivante : GARO ~Vanishing Line~
Chronique_b2NyAlmDsu9HxxV
GARO ~Vanishing Line~
Public visé : Seinen
Nombre d'épisode : 24
Diffusion : Terminée
Année de diffusion : 2017

Synopsis :

La métropole de Russell est sous le joug quotidien de monstres démoniques venus d’une dimension magique. Sword, le chevalier Makai, se bat chaque jour en secret pour défendre la ville de ces créatures qui cherchent à prendre possession de ses habitants. Un jour, en plein milieu d’un combat, il fait une découverte qui va bouleverser sa routine ; celle d’un étrange mot clé : « El Dorado ». Derrière ce terme semble se cache un terrible complot orchestré par les monstres démoniaques. Commence ainsi une enquête de longue haleine pour Sword, épaulé par Sophie, une jeune femme dont il fait la rencontre alors qu’elle se trouvait également sur la piste d’ « El Dorado », seul indice la rattachant à son frère disparu. Sword est lui aussi affecté par la disparition de sa petite sœur, créant un lien entre les deux jeunes gens. C'est le début d'un voyage où les sentiments s'entremêlent.

- Wakanim -

Depuis 2005, la franchise de séries et films GARO fait le bonheur des amateurs de tokusatsu et depuis quelques années, elle est déclinée dans des versions animées. Ainsi, après Honō no Kokuin en 2014 et Guren no Tsuki en 2015, la licence est revenue avec Vanishing Line entre octobre 2017 et mars 2018. Cette nouvelle série animée de 24 épisodes a été l'occasion pour GARO de faire sa première apparition en France via une diffusion en simulcast par Wakanim.

Lors de son annonce, la série m'intriguait beaucoup et semblait prometteuse grâce à son synopsis. Ce n'est que quelques semaines plus tard qu'il a été dit que l'elle faisait partie de la franchise GARO. À ce moment, l'attente était moins présente car après un bon Honō no Kokuin, la qualité était loin d'être présente avec Guren no Tsuki. Malgré tout, la curiosité n'était pas partie, notamment grâce à son changement de staff mais aussi d'époque. Il n'était plus question d'un passé lointain, mais d'un futur qui semble assez proche. Pour ne pas changer, Vanishing Line a été animé par le studio MAPPA dont la renommée n'est plus à faire. En plus d'être inexpérimenté, le réalisateur du projet, PARK Seong Ho a la particularité d'être coréen, ce qui est plus que rare dans le milieu de la japanimation. Que donne donc cette nouvelle itération de la franchise ? Avant d'entrer dans le vif du sujet, voici le synopsis de la série communiqué par Wakanim.
 

La métropole de Russell est sous le joug quotidien de monstres démoniques venus d’une dimension magique. Sword, le chevalier Makai, se bat chaque jour en secret pour défendre la ville de ces créatures qui cherchent à prendre possession de ses habitants. Un jour, en plein milieu d’un combat, il fait une découverte qui va bouleverser sa routine ; celle d’un étrange mot clé : « El Dorado ». Derrière ce terme semble se cache un terrible complot orchestré par les monstres démoniaques. Commence ainsi une enquête de longue haleine pour Sword, épaulé par Sophie, une jeune femme dont il fait la rencontre alors qu’elle se trouvait également sur la piste d’ « El Dorado », seul indice la rattachant à son frère disparu. Sword est lui aussi affecté par la disparition de sa petite sœur, créant un lien entre les deux jeunes gens. C'est le début d'un voyage où les sentiments s'entremêlent.

 

Commençons par aborder le scénario qui a été confié à YOSHIMURA Kiyoko qui n'a rien fait de particulièrement marquant mais qui avait toutefois écrit quelques épisodes de Honō no Kokuin. Autant le dire immédiatement, le scénario n'a rien de vraiment original, mais il a le mérite d'être efficace et d'être intéressant. Il peut d'ailleurs être divisé en trois parties avec tout d'abord une introduction qui correspond plus ou moins au synopsis et qui petit à petit va poser les différents enjeux de la série et donc les événements se déroulent à Russel City. Nous y découvrirons donc Sword et Sophie, leurs alliés mais également les "Horrors"; créatures contre lesquelles luttent les "Chevaliers Makai" comme Sword. Cela a été fait avec efficacité, contrairement à ce qui pourrait être décrit comme le milieu de la série... Comme pour certaines séries totalisant une vingtaine épisodes, Vanishing Line a un ventre mou où l'on a tendance à s'ennuyer, et c'était déjà le cas en 2014 dans Honō no Kokuin. Cette partie est un road trip où à chaque arrêt nos héros affrontent un Horror sans faire avancer le fil rouge. Cela donne des épisodes qui sont malheureusement assez moyens. Il faudra attendre l'arrivée à destination de nos héros pour que l'intérêt se relance réellement. À partir de ce moment, chaque épisode apporte son lot de questions, mais aussi de révélations. On pourrait regretter que certaines d'entre elles soient un peu trop prévisibles, mais cela n'empêche pas de les apprécier. Au global, le scénario est donc de qualité, même si l'on se serait bien passés du milieu de la série. En plus de cela, nous avons le droit à de bons personnages et les héros sont très bien développés et chacun a une véritable raison de se trouver impliqué dans le conflit contre les Horrors. Cela permet de s'attacher facilement à eux et d'apporter quelques moments d'émotion.
 
 
 

Passons à l'aspect visuel qui est à mes yeux la principale qualité de la série. Pour continuer sur les personnages, parlons du character design qui est également très réussi. Celui-ci n'a pas un aspect japonais mais plutôt américain ce qui est plutôt logique quand l'on sait qu'il a été créé par OKAZAKI Takashi, l'homme qui a travaillé sur Afro Samurai et Batman Ninja. Et c'est tant mieux car cela colle parfaitement à l'univers de Vanishing Line qui semble s'inspirer de l'Amérique moderne. En plus de cela, nous avons le droit à une superbe mise en scène lors des phases d'action qui dans l'ensemble bénéficient d'une bonne animation. Terminons avec l'ambiance visuelle qui est une fois de plus réussie que ce soit dans les décors mais aussi dans les gestions des couleurs, surtout dans les derniers épisodes. En bref, un véritable régal pour les yeux !

Parlons rapidement de la musique qui remplit son rôle en étant dynamique lors des affrontements et qui sait se faire calme quand il le faut. Rien de vraiment marquant, mais ce n'est pas loupé pour autant.
 

Pour conclure cette chronique, faut-il recommander Vanishing Line - GARO ? C'est un grand oui ! Avec ses scènes d'action de qualité, ses bons personnages et son scénario simple mais efficace, la série est un très bon divertissement qui est à conseiller à tous les amateurs d'action ou de sentai. De plus, il s'agit de la meilleure des trois séries animées GARO et elle se paye même le luxe d'être disponible légalement en France chez Wakanim, ce qui n'était pas le cas pour les précédentes. Notons que même si l'histoire est terminée, une suite n'est pas impossible vu que la fin de la série laissait présager de nouvelles aventures pour nos héros. Mais sous quel format ? Si cela se fait, certainement sous la forme d'un film d'animation vu que ce fût le cas pour les anciennes versions animées.

Pour visionner gratuitement l'intégralité de la série, rendez-vous sur Wakanim !
Plus
+ L'univers
+ L'ambiance visuelle
+ La mise en scène
+ Les personnages
Moins
- Le ventre mou du milieu de la série
- Un scénario un peu trop prévisible
Note de Taikawa
8/10
Note des membres
7.65/10
0 commentaire
Ajouter un commentaire
Veuillez vous connecter pour ajouter un commentaire